Ce livre est disponible à la vente au format papier et au format numérique (PDF). Pour vous le procurer :
-

au format papier, sur le site Internet de Mon Petit Editeur en cliquant ici, ou en librairies, sur commande ;

-

au format numérique, sur le site Internet de Mon Petit Editeur en cliquant ici.

- Ou directement par mon intermédiaire si vous souhaitez une dédicace  k.verba@hotmail.fr 

   

 

 www.tragos.fr

LE BAL DES VIPERES sera joué au Festival de Tragos en juillet et août 2016

3 21 et 28 juillet et le 6 21 et 28 août. 

Critique :


Lydia Bonnaventure : Mes Promenades Culturelles.

 

Si j'aime autant les pièces de Katia Verba, c'est parce qu'il y a toujours une énigme à résoudre. Mais ce n'est pas la seule raison. Car, finalement, il me suffirait de lire un polar. Mais la pièce de théâtre a ceci de particulier qu'elle doit délivrer la même émotion, les mêmes frissons, sans s'apesantir sur des descriptions. Tout doit avoir l'air naturel. L'exercice est de taille ! Cette dramaturge prolifique sait - ô combien ! - manier tous les stratagèmes et tous les ressorts sans pour autant que ses pièces se ressemblent. Eh oui, c'est là aussi que tout se joue et ce n'est guère évident. Ajoutons à tout ceci des références culturelles - toutes ses pièces en contiennent - et vous aurez compris que les textes sont travaillés, les mots choisis.

 

Le bal des vipères n'échappe pas à la règle ! Ce drame psychologique se jouant à huis-clos (genre spécifique à l'auteur) se situe dans la région de Montségur. Rien que la localisation donne déjà des frissons. Certes, si la situation est contemporaine, on ne peut s'empêcher de penser aux cathares brûlés vifs sur le bûcher. Bref, l'atmosphère est là, étouffante. Une jeune femme, Marion, se perd lors d'un violent orage (et lorsqu'on connaît un peu l'Ariège et débarque chez Rebecca, très agitée. L'échange entre les deux femmes n'est guère courtois et une tension apparaît d'entrée de jeu. Il semblerait que Marion tombe mal. La maîtresse de maison n'a aucune envie de lui venir en aide, encore moins de l'héberger. Pourquoi ? Peut-être parce qu'il y a un cadavre dans la pièce... Le corps de l'époux de Rebecca. Marion veut partir en découvrant ceci mais impossible. Rebecca, on s'en doute, ne va pas la laisser repartir impunément. Vous pensez que Rebecca va tuer Marion ? Ce serait trop facile n'est-ce pas ! D'autant plus que la cousine de Rebecca, Francie, et sa nièce, Alicia, vont entrer en scène. Je vous laisse découvrir la suite... 

Je ne vous apprendrai rien, si vous connaissez cet auteur, en vous disant que le texte et sa puissance, le style également, sont au service de l'histoire. Ce drame psychologique ne peut pas laisser indifférent. Vous n'en ressortirez pas indemnes !!! 

Par Eloctrique, le 24 mars 2013

Eloctrique

Le Bal des vipères :
Avec Le Bal des vipères, Katia Verba frappe fort.
On retrouve dans cette pièce tous les ingrédients nécessaires pour nous captiver et nous empêcher d'abandonner notre lecture avant l'arrivée du point final, fatal.
Le choix des prénoms des personnages annonce la couleur : Rebecca, Marion, Francie, Alicia, Jeff…
des protagonistes pour lesquels nous attendons, à raison, un destin Hitchcockien…
L'une des forces de ce bal est sa dimension féministe…
Le seul homme présent est un cadavre dont la force est encore amoindrie par la présence d'un fauteuil roulant qui laisse supposer , également, la faiblesse de Jeff alors même qu'il était en vie.
A l'opposé de cette masculinité anéantie, nous retrouvons dans Le Bal des vipères, nos quatre reptiles, chacun fort de sa singularité, et tous, pourtant, semblables en terme de folie reconnue, naissante, sous jacente, ou même insoupçonnée.
A la lecture de cette pièce un véritable univers esthétique s'offre également à nous, et nous imaginons sans difficultés, un décor polar angoissant, qui nous fait même rêver à une adaptation cinématographique de l'œuvre.
Ce que nous rappelle avec force cet ouvrage, c'est qu'il ne faut jamais tourner le dos à nos ennemis, et surtout savoir reconnaître ces derniers tapis en chacun de nos amis…
Pièce à découvrir… pour survivre.

 

 

Extrait :

 

Rebecca

Vous savez la vie est souvent pleine de surprises…

 

Marion

N’est-ce pas ?…Tenez, vous partez en voyage, pensant passer d’agréables moments et vous tombez en panne… Alors vous vous dites, qui sait, un preux chevalier servant va surgir de derrière un bois pour vous venir en aide… Et bien pas de chance, vous tomber sur une furie qui vous braque avec un « 22 »…

 

Rebecca (coupant

…Ce n’est pas un 22 millimètres mais un « 45 » !

 

Marion

Vous m’en direz tant… C’est du pareil au même… A un mètre ça doit faire du dégât… Avez-vous déjà vu une blessure par balle au moins ?… Ce n’est pas joli- joli… Parce que j’imagine que vous n’avez pas osé approcher votre mari pour voir l’étendue de sa blessure… Ni pour vous assurer qu’il était bel et bien mort ?

 

Rebecca

Bien sûr que si… et si vous voulez gagner du temps en bavassant comme une baudruche…

 

Marion

… On dit “perruche” pas “baudruche”..

 

Rebecca

… Oh bon ça va madame puits de sciences… Et vous espérez quoi ? Une intervention extérieure ? Vous pouvez toujours rêver ! Il n’y a personne à plusieurs kilomètres à la ronde. Vous auriez dû consulter votre horoscope ce matin avant de débouler ici.

 

Marion

Justement je l’ai fait…Il disait : amis verseau : « Voyages en perspectives, rencontres insolites et déroutantes mais vous finirez bien l’année. » Tout cela me rassure, vu que nous ne sommes qu’au milieu de l’automne…

 

Rebecca

L’astrologie est aussi peu fiable que la météo, incapable de faire une prévision à huit jours…Si vous vouliez vous taire maintenant, ne serait que, quelques secondes, je dois réfléchir.

 

Marion

Je parlais de ça, pour détendre l’atmosphère. Vous réfléchissiez à quoi exactement?

 

Rebecca

A la façon de vous faire disparaître de ma vue.

 

 

Musique : Hold up de GIUSEPPE ADAMO